Work
Language of data  |   French

La taxinomie des traités de grammaire arabe médiévaux (IVe/Xe-VIIIe/XIV siècle), entre représentation de l'articulation conceptuelle de la théorie et visée pratique : enjeux théoriques, polémiques et pédagogiques des modélisations formelles et sémantiques du marquage casuel

Respondent

Degree granting institution

Degree supervisor

Degree committee member

Academic degree Ph.D.
Date of creation
  • 2014   Gregorian
      
  • 2014   Gregorian
Preferred title

La taxinomie des traités de grammaire arabe médiévaux (IVe/Xe-VIIIe/XIV siècle), entre représentation de l'articulation conceptuelle de la théorie et visée pratique : enjeux théoriques, polémiques et pédagogiques des modélisations formelles et sémantiques du marquage casuel   French  

Work type Single work
Non-literary work Thesis (Linguistique arabe)
Work manifested Academic dissertation
Work genre Textual work
Audience

Adult, serious

Summary

Etude comparative de l’organisation des traités de grammaire arabe médiévaux, cette thèse met en relief les enjeux théoriques, polémiques et pédagogiques de la taxinomie. Les incertitudes quant à la constitution historique de la tradition grammaticale arabe ayant conduit les chercheurs à se focaliser sur la période fondatrice, notamment sur le Kitāb de Sībawayhi, nous avons voulu apprécier à sa juste valeur cet autre aspect moins étudié quoique capital dans le processus de disciplinarisation de la grammaire arabe : le rôle de la taxinomie. En effet, alors que les premiers traités de grammaire n’adoptent pas de plan fondé sur une logique grammaticale claire, se met en place à partir du IV ͤ/X ͤ siècle, sous l’influence méthodologique des logiciens, une classification de la matière linguistique en vue de représenter l’articulation conceptuelle de la théorie. Ce courant taxinomique, dominant entre les IV ͤ/X ͤ-VI ͤ/XII ͤ siècles, témoigne d’une perception plus synthétique de la théorie grammaticale, autant qu’il contribue à en établir la cohérence. Notre point de départ est le Uṣūl d’Ibn al-Sarrāğ (m.315/928), instituteur d’une présentation organisée des données visant à refléter la théorie, notamment les modélisations du marquage casuel, question centrale en grammaire arabe. Ses divisions de la syntaxe par catégories de mots, puis du chapitre du nom par cas et de celui du verbe par modes représentent le modèle formel de la rection, et la hiérarchie des fonctions au sein des rubriques casuelles tend à manifester une modélisation sémantique de chaque cas autour d’une valeur fondamentale. Les successeurs d’Ibn al-Sarrāğ, tel Abū ʿAlī l-Fārisī (m.376/987), améliorent cette organisation dans le sens d’une plus grande univocité de la modélisation sémantique, fondée sur le rôle prédicatif ou non prédicatif des éléments marqués par les cas, ou encore sur leur fonction au sein de la phrase verbale, et dans le sens d’une meilleure cohérence de cette modélisation avec le modèle rectionnel, où le verbe est régissant de base. Le Mufaṣṣal de Zamaḫšarī (m.538/1144) constitue l’apogée de la coïncidence entre organisation des rubriques et articulation conceptuelle de la théorie, et au sein de celle-ci, entre modèles formel et sémantique du marquage casuel. A partir du VII ͤ/XIIIe siècle se développent de brefs opuscules grammaticaux, telles la Alfiyya d’Ibn Mālik (m.610/1274) ou la Ağurrūmiyya d’Ibn Ağurrūm (m.722/1323), dont les présentations s’inspirent de classifications antérieures divergeant du courant alors dominant : succession pratique visant à faciliter l’apprentissage grammatical, comme dans le Ğumal de Zağğāğī (m.347/959), ou représentation plus axée sur le modèle formel de la rection, comme dans la Muqaddima d’Ibn Bābšāḏ (m.469/1077). Ce courant taxinomique nouvellement dominant favorise une transmission pédagogiquement efficace du savoir grammatical.

History of the work

Sous la direction de Jean-Patrick Guillaume. Soutenue le 22-10-2014 à Paris 3, dans le cadre de l'École doctorale Langage et langues (Paris), en partenariat avec l'Équipe d'histoire des théories linguistiques (Paris) (équipe de recherche). Le président du jury était Dan Savatovsky. Le jury était composé de Jean-Patrick Guillaume, Dan Savatovsky, Georges Bohas, Michael G. Carter, Kees Versteegh.

Webography

Diamond   W 216550

Created at 18-12-2016 by René-Vincent du Grandlaunay (IDEO)

Updated at 27-05-2018 by René-Vincent du Grandlaunay (IDEO)